Implantation d’un observatoire sous-marin au sud de Terre-de-Bas, en Guadeloupe | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Implantation d’un observatoire sous-marin au sud de Terre-de-Bas, en Guadeloupe

Les équipes du projet PREST (piloté par l’OVSM-IPGP) démarrent ce mardi 1er juin 2021 l’implantation d’un observatoire sous-marin, doté de capteurs, sismique, inclinométrique et pressiométrique innovants à mesures optiques, pour améliorer la surveillance de la zone de sismicité des Saintes. C’est une équipe de Géoazur, spécialiste de ce type d’opération qui dirigera la campagne océanographique FIBROSAINTES en charge du déploiement de ce nouveau dispositif de surveillance.

 

La majorité des sources sismiques importantes (et donc aussi des tsunamis) menaçant les îles de la Caraïbe est située en mer. Aussi, il est indispensable de développer des techniques permettant l’installation de réseaux de capteurs géophysiques sous-marins afin d’étudier ces aléas au plus près (séismes, volcans, glissements de terrains, tsunamis…).

Dans le cadre du projet PREST (Interreg V Caraïbe) piloté par l’Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique de l’Institut de physique du globe de Paris (OVSM-IPGP), une campagne océanographique exceptionnelle démarre ce mardi 1er juin 2021. C’est l’aboutissement de plusieurs années de recherche et développement sur les capteurs optiques en bout de fibre, réalisés par l’IPGP, l’ESEO et l’ENS, en vue de surveiller au plus près la sismicité de la zone des Saintes, touchée par le séisme de 2004, et toujours affectée par des tremblements de terre.

 

Cartes d’implantation de l’observatoire sous-marin des Saintes.

Conçue et développée sous la direction de Pascal Bernard, physicien à l’IPGP et responsable de cet axe dans PREST et Guy Plantier, directeur de la recherche de l'ESEO et membre de l'Université du Mans, cette instrumentation innovante permet de s’affranchir de nombreux problèmes liés au déploiement habituel d’électronique et d’énergie en fond de mer (comme les sismomètres sous-marins classiques appelés OBS). Ici, un sismomètre, un inclinomètre et un pressiomètre purement mécaniques, posés à 40m de profondeur sous l’eau et situé à 4-5 km au sud des Saintes sont reliés par un câble optique à Terre-de-Bas (office du tourisme) où un interrogateur laser permet à distance de mesurer ses mouvements avec une grande précision. Le prototype de sismomètre a été testé et validé en 2019-2020 au large de Brest et c’est la première fois qu’il va être installé dans des conditions réelles de surveillance puisque les données seront transmises en temps réel aux observatoires volcanologiques et sismologiques de Guadeloupe et de Martinique (OVSG-OVSM-IPGP).

En outre, la fibre elle-même, permettra de suivre la propagation des ondes sismiques en tout point de son parcours, grâce à un autre interrogateur optique placé à terre par l’équipe de Géoazur. Cette approche novatrice est rendue possible par le suivi des perturbations du signal lumineux liées au passage des ondes sismiques. Ainsi, avec un point de mesure tous les 10 mètres sur la longueur du câble, la fibre optique représentera l’équivalent de 500 sismomètres. L’interrogateur est un développement de la PME Febus Optics.

 

Ce nouveau dispositif sous-marin de surveillance permettra de mieux comprendre cette zone d’activité persistante des Saintes, sous forme de petites séquences de séismes parfois ressentis, dont l’origine est encore discutée puisque Les Saintes restent toujours une des zones les plus actives de l’arc antillais alors que le séisme de magnitude 6.3 s’est produit il y a déjà 17 ans (21 novembre 2004).

La qualification de la campagne FIBROSAINTES dans le cadre du projet PREST permettra de lancer le montage de projets plus ambitieux avec des câbles plus longs, 50 à 100 km, pouvant atteindre les zones sources des grands séismes de la subduction antillaise, au large de la Guadeloupe et de la Martinique, et donc d'en cerner enfin l'activité continue de déformation préparant les prochains grands séismes.

 

> Plus d'infos en téléchargeant le communiqué de presse complet

 

PREST (Plateforme Régionale de Surveillance Tellurique) est un projet du Programme Interreg Caraïbe V 2014-2020 (Fonds européens FEDER)

 

 

Contact : 

Fabrice Fontaine, responsable scientifique du projet PREST à l'OVSM-IPGP

Sébastien Deroussi, pour l'OVSG-IPGP

Jean-Bernard de Chabalier, coordinateur du projet PREST à l'IPGP

Date de publication : 
02 Juin 2021